Retour
Quel budget pour ouvrir un primeur ?

Quel budget pour ouvrir un primeur ?

Quel budget pour ouvrir un primeur ?

Les fruits et les légumes sont des aliments sains, réputés pour leur apport en vitamine et micronutriments. Aujourd’hui, les consommateurs sont davantage informés sur les bienfaits des végétaux sur la santé.

Soucieux de rester en pleine forme, ils deviennent plus enclins à faire leurs provisions chez un primeur.

Alors, si vous envisagez de créer ce type de commerce, cet article est pour vous. Découvrez les formalités pour ouvrir votre boutique, le matériel nécessaire à acquérir et le budget requis pour monter son affaire.

 

COMMENT FAIRE POUR OUVRIR UN PRIMEUR ?

Tenir un commerce de fruits et de légumes ne nécessite ni formation, ni diplôme, mais entraîne une certaine réflexion. Tout d’abord, vous devez définir votre concept. Désirez-vous surfer sur la vague du bio et attirer une niche spécifique de consommateur ? Ou bien vous en tenir aux produits de l’agriculture conventionnelle et viser un panel plus large de clientèle ?

Le succès de votre entreprise réside aussi dans son emplacement. Il est préférable de choisir une zone à forte fréquentation, mais éloignée des concurrents, par souci de la fidélisation de la clientèle.

Une fois que vous avez décidé de votre concept et de la zone d’implantation de votre commerce, il est temps de vous plonger dans l’étude de marché.

En premier lieu, il est essentiel de recueillir des données sur les habitudes d’achat et les préférences des clients potentiels. Il est également nécessaire d’effectuer une étude détaillée sur les offres actuelles d’autres entreprises locales du secteur d’activité. Cela détermine la viabilité de la création d’un nouveau commerce. En outre, se tenir informé des tendances du secteur aide à identifier les possibles opportunités de croissance et de succès de l’entreprise. 

En second lieu, il est important de déterminer s’il est préférable d’ouvrir un commerce de primeur en tant qu’indépendant ou dans le cadre d’une franchise.

Enfin, vous devez opter pour le statut juridique de votre entreprise, parmi deux options :

  • EURL ou SASU ;
  • Micro-entreprise.

La constitution d’une société présente certains avantages par rapport à la micro-entreprise. Elle reflète une image de fiabilité, souvent salutaire lorsqu’il s’agit de souscrire un prêt auprès d’une banque. De plus, la possibilité de croissance de l’activité n’est pas limitée et vos actifs personnels sont protégés de toute responsabilité professionnelle. De plus, vous pouvez fiscalement déduire vos dépenses, ce qui est impossible avec la micro-entreprise.

 

QUEL EST LE MATÉRIEL INDISPENSABLE POUR L’OUVERTURE D’UN PRIMEUR ?

L’investissement initial pour ouvrir une boutique ne se limite pas à la location d’un local. Parmi les postes de dépenses, celui de l’équipement est non négligeable.

Des étals, des étagères et des gondoles permettent de stocker et de présenter votre marchandise. Un meuble réfrigéré est utile pour conserver certains articles au frais.

Pour répondre à la demande croissante de jus de fruits frais, disposer d’un presse-agrumes professionnel apporte une valeur ajoutée à votre commerce. Chez Instagrume, nous sommes à votre écoute pour vous conseiller convenablement sur la machine à jus répondant à vos besoins. De plus, nous proposons une offre de location avantageuse aidant à acquérir ce matériel sans se soucier d’un investissement élevé.

En outre, vous devez vous pourvoir d’une caisse enregistreuse et d’un terminal de paiement.

Peut-être aurez-vous besoin d’investir dans un véhicule utilitaire pour effectuer les livraisons ou les tournées sur les marchés.

Pour finir, n’oubliez pas la décoration de votre boutique. Des couleurs attrayantes et des présentoirs accrocheurs attireront l’attention de vos futurs clients.

 

QUEL EST LE MONTANT DE L’INVESTISSEMENT POUR OUVRIR UN PRIMEUR ?

Le budget prévisionnel pour ouvrir une épicerie de fruits et légumes dépend principalement de la taille de l’entreprise envisagée. Celui-ci varie de 23 000 à 85 000 €. Il englobe le coût de la location du local commercial, l’achat du matériel, les frais d’installations, éventuellement l’acquisition d’un véhicule.

À cela s’ajoutent les frais juridiques pour créer votre entreprise, les honoraires d’un expert-comptable, les primes d’assurance et, le cas échéant, les salaires et charges sociales des employés.

De plus, un investissement dans le web marketing est pertinent pour lancer son entreprise. Vous pouvez choisir de créer un site web ou d’embaucher un community manager pour animer vos réseaux sociaux.

Si les postes de dépenses ne manquent pas, il en est de même pour les solutions de financement. Bien entendu, vous devez déjà détenir un apport personnel pour les fonds propres de votre entreprise. Néanmoins, pour alléger le financement, vous pouvez souscrire un prêt bancaire pour l’achat du matériel ou vos travaux d’aménagement. De même, l’État propose des aides dédiées à la création d’entreprise comme à la reprise d’entreprise.

 

COMBIEN DE TEMPS POUR AMORTIR L’OUVERTURE D’UN PRIMEUR ?

Nous n’allons pas vous promettre un amortissement immédiat en un temps record, car chaque commerce est unique. Toutefois, grâce à l’exemple ci-après, vous pourrez évaluer l’amortissement de votre projet de primeur.

Avant tout, vous devez considérer trois paramètres :

  • Le budget initial;
  • Le revenu de l’entreprise;
  • Le taux de marge nette.

Considérons, par exemple, un primeur dont l’investissement initial totalise 50 000 €, générant un chiffre d’affaires de 110 000 € annuel avec une marge nette de 12 %.

Nous pouvons évaluer son profit en multipliant la marge par le chiffre d’affaires, soit : 0,12 x 110 000 = 13 200 €.

Ensuite, divisons le montant de l’investissement de départ (50 000) par le profit annuel (13 200) pour obtenir le nombre d’années nécessaires pour amortir le projet. Ainsi, le commerce de notre exemple amortit son ouverture en 3,78 ans, soit environ trois ans et neuf mois d’activité.

 

QUEL EST LE SALAIRE D’UN PRIMEUR ?

En qualité de commerçant, votre salaire dépend du nombre de clients, et en conséquence de votre chiffre d’affaires. Lorsque votre entreprise prospère, ce que nous vous souhaitons, vous serez probablement amené à embaucher du personnel.

Travailler dans le secteur des fruits et légumes en France présente un éventail de salaires en fonction de l’expérience.

Un vendeur débutant peut s’attendre à gagner approximativement 1 600 € brut mensuel soit environ 11,43 € l’heure. Quant aux vendeurs plus expérimentés, qui atteignent un poste de responsable de magasin, le revenu moyen avoisine 37 400 € brut par an.

 

QUELS SONT LES CHIFFRES DU MARCHÉ DE PRIMEUR ?

En 2020, 7 389 entreprises de commerce de détail de fruits et légumes étaient recensées, générant un chiffre d’affaires total de 5,332 milliards d’euros.

Dans le contexte actuel, la grande distribution continue de dominer la vente de fruits et légumes, avec une part de marché de 70 %, contre 8 % pour les primeurs. Ces derniers se placent en troisième circuit de distribution du secteur, devancés par les marchés qui détiennent 10 % de part de marché. 

Les réseaux multifrais tels que Grand Frais et L’Heure du Marché connaissent également une forte croissance.

Pareillement, en raison de l’évolution des préférences des consommateurs pour l’agriculture biologique et le locavorisme, les magasins bios se développent fortement en parallèle des réseaux de vente directe comme les Amap.

Côté tendance du marché, les fruits et légumes ont connu une forte hausse de prix compte tenu de l’augmentation des coûts de production, des frais d’emballage et de la sécheresse. Soudainement, le volume de vente se retrouve affecté, car le pouvoir d’achat des ménages est en baisse. Dans cet environnement global, les marges des primeurs risquent d’être réduites à l’avenir.

De ce fait, les commerces de fruits et légumes doivent rester à l’avant-garde, en proposant une offre qualitative. Cela implique une mise en valeur de la fraîcheur des produits, des options bios, voire des produits locaux de saison. Pour fidéliser la clientèle, l’aptitude relationnelle, comme conseiller le consommateur, s’avère incontournable. De même, l’ajout de service de proximité comme la livraison à domicile et le click & collect sont des atouts supplémentaires de fidélisation.

Par Instagrume